Etudes terminées



Les études ayant commencé en 2018-2019

Entraînement au contrôle de soi

Responsable : Aïna Chalabaev (maîtresse de conférence, SENS)
Co-responsable : Sonia Pellissier (maîtresse de conférence, LIP PC2S)
Chargés de recherche : Cyril Forestier (ATER, SENS) et Alexandre Mazeas (M2 recherche STAPS, SENS)
Résumé : L’entrainement au contrôle de soi est-il efficient en dehors du laboratoire ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons conduit une étude expérimentale visant à tester les effets d’une manipulation du contrôle de soi en contexte de vie quotidienne et son influence sur le changement de comportement. 60 personnes ont ainsi été inclues et séparées aléatoirement dans un design expérimental prétest-posttest avec groupe témoin actif  dans le but de mesurer l’impact de deux semaines d’entrainement au contrôle de soi sur les capacités d’inhibition des individus et sur le changement de comportement (activité physique, sédentarité, alimentation). Nous observons un effet significatif de l’entrainement sur les comportements alimentaires sains mais une absence d’effet sur les autres comportements. Aussi, nous n’avons observé aucune amélioration de la capacité d’inhibition des individus malgré l’utilisation de trois indicateurs différents. Ces résultats suggèrent l’idée que le contrôle inhibiteur n’est pas le mécanisme sous-jacent principal du phénomène d’entrainement et que l’entrainement aurait un effet différent selon la nature du comportement cible.  

Les effets des jeux vidéos sur la désensibilisation à la violence

Responsable : Laurent Bègue-Shankland (professeur des universités, LIP PC2S)
Chargé de recherche : Paul Nonat (M1 psychologie recherche, LIP PC2S)
Résumé : Les jeux vidéo constituent, ces dernières années, un champ très important de recherche concernant ses conséquences pour les joueurs. Parmi les nombreux effets des jeux vidéo violents, la désensibilisation à la violence et ses implications sur l’agressivité restent encore mal comprises à ce jour. En effet, malgré le consensus autour de l’agressivité, plusieurs hypothèses laissent entendre que la désensibilisation pourrait comporter des effets modérateurs sur cette agressivité. Dans cette étude, on suppose que faire jouer à un jeu violent va diminuer la sensibilité des participants à la violence qu’on leur présente, ainsi qu’augmenter l’agressivité de ces mêmes participants, par rapport à un groupe contrôle. Pour tester ces hypothèses, nous nous sommes intéressé à l’évaluation d’une vidéo violente, et comment cette évaluation pouvait varier selon la violence du jeu vidéo présenté. Les participants ont donc été répartis dans 2 conditions, dans lesquelles ils jouaient soit à un jeu violent, soit à un jeu neutre. Toutefois, les résultats ne nous permettent pas de conclure à un quelconque effet. Cela a tout de même permis de déceler les potentielles implications à long terme de cette désensibilisation, et la manière de la tester.

Processus auto-réflectifs dans le syndrome d’Asperger

Responsable : Céline Souchay (directrice de recherche CNRS, LPNC)
Chargée de recherche : Méline Devaluez (M2RNP, LPNC)
Résumé : L’objectif de cette étude était d’évaluer la relation entre la métamémoire et l’intéroception sur des mesures objectives et des mesures subjectives. La métamémoire fait référence aux connaissances et au contrôle que les personnes ont sur leur propre mémoire et l’intéroception renvoie à la capacité des personnes à détection leurs états physiologiques internes. L’étude de cette relation a été porté à la fois chez des adultes neurotypiques (Axe A) mais également chez des adultes atteints d’un trouble du spectre de l’autisme sans déficience intellectuelle (TSA-SDI ; Axe B), une population clinique dans laquelle des particularités en intéroception et en métamémoire ont été observées dans de précédentes études. 
Vingt-neuf étudiants en psychologie ont été inclus pour l’Axe A de cette étude. Quatorze adultes TSA-SDI de langue maternelle française ainsi que 14 adultes neurotypiques appariés en âge, sexe, niveau d’étude, et habiletés cognitives ont été inclus pour l’Axe B. Les mesures subjectives ont été recueillies à travers des questionnaires d’intéroception et de métamémoire en ligne. Les performances objectives en intéroception ont été évaluées par une tâche dans laquelle les participants devaient détecter leurs battements cardiaques sans prendre leur pouls. Les performances objectives en métamémoire ont été évaluées par une tâche de mémoire dans laquelle les participants devaient prédire leur capacité future à identifier un item (un mot) parmi deux propositions. Les items pouvaient avoir été appris en association à un autre mot dans une première phase (partie de mémoire épisodique) ou correspondre à une définition (partie de mémoire sémantique).
Les résultats de cette étude n’ont pas permis de mettre en évidence une corrélation significative entre intéroception et métacognition chez les adultes neurotypiques, ni chez les adultes atteints de TSA-SDI. Cette corrélation n’était pas significative pour les mesures subjectives ni pour les mesures objectives et ne dépendait pas du type de mémoire testé (épisodique ou sémantique). Ces résultats ne permettent pas de montrer que les personnes meilleures pour détecter leurs battements cardiaques sont de manière générale meilleures pour prédire leurs performances mnésiques et ne suggèrent pas que l’intéroception est plus en lien avec une tâche de métamémoire qu’une autre (épisodique ou sémantique). De plus, aucune différence significative entre les adultes TSA-SDI et les adultes neurotypiques appariés n’a été observée sur les différentes mesures d’intéroception et de métamémoire. Contrairement à de précédentes études, ces résultats ne permettent pas de mettre en évidence que les adultes TSA-SDI présentent de manière générale des particularités en intéroception ou pour prédire leurs performances mnésiques. 

Consensus pour l’attribution d’émotions en situation

Responsables : Richard Palluel-Germain (maître de conférence, LPNC)
Chargées de recherche : Morgane Burnel (post-dosctorante, LPNC), Anouk Séraphin (M2 Neuropsychologie de l’enfant, LPNC), Ophélie Martinie (M2R Neuropsychologie et Neurosciences, LPNC)
Résumé : L’objectif de cette étude est de valider un nouveau matériel qui permettra d’évaluer la compréhension des émotions chez les enfants. Le matériel est proposé à des adultes sous forme de questionnaire afin d’établir un consensus concernant les émotions à attribuer pour les différentes situations décrites.

Gilets jaunes : valeurs et attitudes politiques

Responsable : Frédéric Gonthier (PACTE)
Chargé de recherche : Tristan Guerra (doctorant, PACTE)
Résumé : La “Grande Enquête sur les Gilets jaunes” est une enquête sociopolitique sur le mouvement des Gilets jaunes déstinée à mieux comprendre la sociologie, les comportements, les systèmes de valeurs et les opinions politiques des personnes qui participent à ce mouvement social. Tirant parti de la dynamique du mouvement sur les réseaux sociaux, le questionnaire de l’enquête est diffusé depuis le mois de décembre 2018 sur les groupes Facebook locaux de Gilets jaunes. Le questionnaire comprend ainsi plusieurs modules (caractéristiques sociodémographiques, image du mouvement, précarité, rapport à la démocratie, attitudes politiques, valeurs, expérimentation électorale, etc.) déstinés à couvrir l’ensemble des facteurs susceptible d’expliquer la mobilisation des Gilets jaunes, mais aussi de permettre la comparaison des résultats obtenus à ceux d’autres enquêtes post-électorales ou comparatives réalisées sur l’ensemble de la population française.
Cette étude à donné lieu à une publication grand public dans le journal Le Monde.