Études en cours



Les études ayant commencé en 2020-2022

Projet COLL-SOL EHPAD : COLLaborations professionnelles et SOLidarités au travail dans les Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes : une interrogation au prisme de la crise sanitaire

Responsable : Solène Billaud (Pacte)
Chargés d’étude : Jingyue Xing-Bongioanni (Clersé), Marion Plault (Pacte), Lisa Triplet (Pacte)
Résumé : L’étude cherche à répondre aux questions suivantes : quels ont été les impacts de la crise sanitaire sur l’organisation du travail, les conditions de travail et les formes de solidarité professionnelle en EHPAD ? La pandémie de Covid-19 y a-t-elle entraîné des formes nouvelles de coopération transversale ? Comment a-telle impacté les relations des équipes des EHPAD avec l’extérieur, en particulier avec les familles des résidents ? Que deviennent les collectifs de travail reconfigurés par la crise lorsque celle-ci s’éloigne ? L’enquête se déroulera par le biais d’un questionnaire en ligne sur une plateforme universitaire hébergée par l’Université Grenoble-Alpes. Nous solliciterons nos réseaux de partenaires (fédérations d’établissements, fédérations professionnelles et éventuellement syndicats) pour relayer l’enquête à l’échelle nationale auprès de l’ensemble des professionnels des EHPAD.
Financement : Cnsa (financement public)

Prothèses mémorielles : réalité augmentée et cognition distribuée

Responsable : Christopher Moulin (LPNC)
Chargés d’étude : Nicolas Crozatier (IPhiG)
Résumé : L’objectif de cette étude consiste à étudier les effets de l’externalisation de nos capacités cognitives, en particulier de notre mémoire, dans des dispositifs technologiques portables, ici la réalité augmentée. Il s’agit de tester expérimentalement les hypothèses de la cognition étendue. L’étude consiste en une tache de reconnaissance de visages dans laquelle les participants recevront ou non l’aide d’un dispositif de réalité augmentée agissant comme un aide-mémoire. L’étude comporte également une dimension métacognitive dans la mesure où les participants devront évaluer leur niveau de confiance après chaque tache de reconnaissance.

La musique en bibliothèques

Responsable : Olivier Zerbib (Pacte)
Chargé d’étude : Pierre Le Quéau (Pacte)
Résumé : Ce projet de recherche vise à saisir les façons dont la musique se rend présente aux usagers des bibliothèques, à partir des collections et des animations de ces dernières, mais aussi plus largement au sein de pratiques d’écoute, de sorties ou instrumentales que ses publics déploient en partie grâce à elle.
L’objectif premier est d’étudier les façons dont les professionnels définissent leurs actions en matière musicale afin d’identifier d’une part les variations à l’œuvre dans leur environnement et au sein des divers établissements et d’autre part les évolutions que connaissent les services proposés et les pratiques des publics vus par les professionnels.
Le second objectif vise à saisir les façons dont les usagers des bibliothèques analysées par le premier questionnaire identifient les offres musicales en bibliothèques et les intègrent dans l’écologie de leurs pratiques musicales.
Financement : Convention Bibliothèque Publique d’Information / UGA

Situer la mémoire épisodique au sein de la métacognition dans le vieillissement sain

Responsable : Christopher Moulin (LPNC)
Chargées d’étude : Lucile Meunier-Duperray (LPNC), Mina Aboulmakarim (LPNC)
Résumé : Cette étude sera la première étude du projet de thèse de Lucile MEUNIER-DUPERRAY intervenant dans le cadre du projet AGEFOK soutenu par Christopher Moulin et Céline Souchay, au LPNC. Elle visera à situer le processus de métamémoire épisodique au sein de la métacognition. Pour recruter les volontaires âgées, nous utilisons la base de participants « Seniors pour la Science » proposée par Screen. Dans le cadre de ce dispositif, il nous semble important d’établir un réel dialogue entre les participants âgées et les expérimentateurs. Nous proposerons donc un temps de discussion après chaque passation effectuée avec les participants âgées. Le projet de recherche dans son ensemble, dont cette étude fait partie, a été soumis à un avis éthique (CERGA).
Financement : ANR

Agisme et bien vieillir

Responsable : Emmanuel Montfort (TIMC)
Résumé : La présente étude ambitionne d’étudier comment les stéréotypes sur la vieillesse et le vieillissement sont associés aux comportements de prévention en santé chez les personnes âgées. Les comportements de santé renverront plus spécifiquement à l’engagement dans les ateliers de prévention des risques liés au vieillissement, en particulier dans les ateliers concernant les activités physiques. Il s’agira également de préciser l’influence des facteurs intrapsychiques dans cette relation.

Étude du lien entre les différentes caractéristiques des pensées positives et les idées de grandeurs dans la vie quotidienne : une méthode d’échantillonnage par expérience

Responsable : Catherine Bortolon (LIP/PC2S)
Chargés d’étude : Marine Perrin (LIP/PC2S), Inès Rochegue (LIP/PC2S), Lucie Cabric (EPSYLON), Morgane Diabinho (EPSYLON), Ugo Macota (EPSYLON), Cassandre Beudin (EPSYLON)
Résumé : L’étude consiste à explorer l’implication des pensées positives dans le développement et le maintien des idées de grandeurs. Elle se déroulera sur 7 jours à l’aide de l’application PIEL Survey. Le participant voulant participer devra remplir les critères d’inclusions suivants : avoir 18 ans et plus, parler couramment français, avoir un téléphone sur lequel il peut télécharger PIEL Survey et un score inférieur ou égal à 2 pour moins de 5 items parmi les 9 au PHQ-9. Ainsi, dans une première partie, les personnes voulant participer devront remplir le PHQ-9 (échelle évaluant le degré de dépression). S’ils ne sont pas éligibles, ils seront renvoyés directement à la fin de l’étude. Dans le cas contraire, nous les inviterons à prendre un rdv Zoom avec un des étudiants de l’étude. Avant celui-ci, ils recevront un mail dans lequel on leur demandera de télécharger l’application et de prendre connaissance des différents documents. Lors de ce rdv, le participant devra remplir deux autres questionnaires : le BMGI sur l’état « idées de grandeurs » et l’échelle de Ryff sur le « sense of purpose ». Après cela, nous testerons l’application en direct avec le participant pour voir s’il a bien compris le fonctionnement. Par la suite, nous pourrons commencer l’étude qui durera 7 jours, pendant lesquels ils recevront 6 alertes par jour. À la fin de celle-ci, nous leur enverrons un mail de debriefing leur proposant de prendre un rdv Zoom pour avoir des informations supplémentaires ou simplement les informant qu’ils peuvent nous contacter par mail s’ils le souhaitent.

Les effets des feedback de performance sur la perception de soi

Responsable : laurent Cambon (LaRAC)
Résumé : Les élèves et étudiants reçoivent fréquemment des retours (« feedbacks ») sur leurs performances académiques. Les conséquences qu’ont ces feedbacks sur l’estime de soi, la performance a été largement étudiée. Dans ce projet, nous nous intéresserons aux effets qu’ont ces feedbacks sur la perception de soi par rapport à autrui. Plus spécifiquement, nous chercherons à étudier dans quelle mesure le fait de recevoir un feedback plus négatif (ou plus positif) que celui d’autrui nous conduit à créer des asymétries dans la perception de soi et d’autrui sur des dimensions différentes : suite à un feedback plus (moins) avantageux pour soi sur l’habileté intellectuelle, je vais me percevoir comme plus (moins) compétent qu’autrui mais moins (plus) sociable qu’autrui. Pour cela, nous créons un questionnaire dans lequel les participants participent à une pseudo tâche intellectuelle (résoudre des anagrammes) donnant lieu à un feedbacks (factice) de meilleure réussite (ou de moins bonne réussite) qu’un pair avant de se décrire et de décrire autrui sur un ensemble de caractéristiques de personnalité.

Les déterminants idéologiques des effets de compensation

Responsable : Laurent Cambon (LaRAC)
Résumé : La majorité des stéréotypes que nous utilisons lorsque nous caractérisons des groupes sociaux sont de nature compensatoire, c’est-à-dire qu’ils sont composés de caractéristiques à la fois négatives et positives (ex.: dire de tel groupe: “ils sont fainéants mais chaleureux”). Cet aspect compensatoire rend sans doute l’utilisation des stéréotypes plus acceptable et permet de justifier la position sociale du groupe stéréotypée (Kay & Jost, 2003). Dans cette recherche, nous nous intéressons aux antécédents idéologiques de l’utilisation de tels stéréotypes. Plus spécifiquement, nous émettons l’hypothèse que l’utilisation des stéréotypes compensatoires va être privilégiée chez les personnes adhérant à des idéologies égalitaires (privilégiant l’égalité entre les groupes sociaux) alors que les personnes adhérant à des idéologies dites « hiérarchiques » (privilégiant l’ordre établi et la hiérarchisation des groupes dans la société). Pour cela, nous mesurerons ces différentes idéologies avant de proposer une tâche de jugement sur deux groupes fictifs utilisée dans la littérature pour permettre l’émergence et la mesure des effets de compensation (Judd et al., 2005).

Perception visuelle des scènes

Responsable : Pascal Hot (LPNC)
Chargé d’étude : Jeremy Gardette (LPNC)
Résumé : Ce travail complète une étude clinique réalisée au CHU Grenoble-Alpes, dans laquelle des patients cérébrolésés passent le protocole expérimental. L’objectif général de ce travail est de constituer un groupe contrôle qui nous servira de norme de comparaison pour situer les patients. L’expérience consiste en deux parties : d’abord est administrée une batterie neuropsychologique établie (la MEM-IV) qui évalue les capacités de mémoire, ainsi que deux tests rapides (le MMSE et le TMT) qui évaluent les capacités cognitives générales et visuo-spatiales, respectivement. Cette première étape dure entre 1h et 1h30. Ensuite le participant passe une tâche informatisée de perception visuelle dans laquelle il lui est demandé de discriminer des images de différents types (i.e., scènes/bâtiments/objets). L’expérience ne contient aucun matériel émotionnel ou choquant, et aucune donnée physiologique ou biologique n’est prélevée.
Financement : Dotation Université Savoie-Blanc

Trajectoire de motivation des enseignants débutants : une approche développementale pour comprendre son évolution durant la transition de la formation initiale aux premières années dans la profession

Responsable : Nadia Leroy (LaRAC)
Chargé d’étude : Fernando Nunez-Regueiro (LaRAC)
Résumé : L’objectif de ces travaux est d’identifier les facteurs environnementaux et individuels impliqués dans l’explication de l’appartenance aux différents groupes de trajectoires motivationnelles en adoptant le cadre d’analyse de l’ajustement entre la personne et son environnement (Person-Environement Fit Theory). J’étudie plus particulièrement les effets combinés des besoins manifestés par les enseignants et les apports en provenance de leur environnement de formation et de travail afin de rendre compte de l’effet des phénomènes d’ajustement sur leurs trajectoires motivationnelles et sur la rétention dans le temps. Dans le cadre de ce programme de recherche plusieurs approches théoriques et conceptuelles sont mobilisées : la théories de l’expectation-valeur, la théorie de l’autodétermination, la théorie des processus de stress et la théorie de l’ajustement personne-environnement
Financement : ANR

Ingénierie didactique en Grande Section de maternelle

Responsable : Hamid Chachouaa (LIG)
Chargée d’étude : Marie-Caroline Croset (LIG)
Résumé : Un groupe de travail Irem constitué de PEMF, Conseiller pédagogique et chercheurs de l’UGA a élaboré une ingénierie didactique sur la construction du nombre en GS, en adéquation avec les programmes de maternelle. Nous souhaiterions travailler avec une quinzaine de professeurs des écoles de Grande section de maternelle (GS) afin de tester l’efficacité de cette ingénierie. Ces enseignants auront un temps de formation sur cette ingénierie. A l’issue d’une formation, les enseignants recrutés mettront en œuvre cette ingénierie dans leur classe de GS. L’efficacité de cette ingénierie serait évaluée par une observation de la mise en œuvre de l’expérimentation, la présence d’un groupe témoin et l’observation de ce groupe ainsi qu’une évaluation des acquis des élèves.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet PEGASE, « Pôle pilote de formation des enseignants et de recherche pour l’éducation ». Le pôle Pégase a pour ambition de transformer les pratiques enseignantes de la maternelle au lycée pour renforcer l’apprentissage des savoirs fondamentaux et contribuer ainsi à réduire les inégalités sociales, territoriales et cognitives. Le Pôle a été conçu comme un écosystème associant étroitement les laboratoires de l’UGA et de l’USMB, les INSPE et Rectorats de Grenoble et de Guyane, et l’ensemble de la communauté enseignante. Cet écosystème est collaboratif, distribué, ouvert et apprenant. Il travaille à placer l’approche « evidence-based education » (éducation fondée sur les données probantes) au cœur de la formation initiale et continue des enseignants, pour favoriser leur développement professionnel en s’appuyant sur des données issues de la recherche.
Financement : PIA3

Crossing perspectives on what makes teachers use research : a Vignette study

Responsable : Philippe Dessus (LaRAC)
Chargé d’étude : Nathanaël Jeune (LPI)
Résumé : l’utilisation de la recherche par les enseignants a fait l’objet de nombreuses recherches au cours des dernières décennies, avec le développement de l’éducation fondée sur les preuves (Farley-Ripple, Oliver & Boaz, 2020). Diverses études ont fait état de différents facteurs susceptibles d’influencer l’utilisation de la recherche par les enseignants à des fins diverses. Une revue de Dagenais et ses collègues (2012) a répertorié 32 facteurs répartis en quatre catégories. Après avoir clarifié et réduit le nombre de facteurs à seulement six qui peuvent être influencés par les actions des chercheurs ou des décideurs, cette étude se concentre sur la capture des différentes perspectives des diverses parties prenantes sur la mesure dans laquelle chaque facteur peut influencer l’utilisation de la recherche par les enseignants. Cette étude est réalisée par le biais d’une étude expérimentale de vignettes, ou enquête factorielle. Les résultats attendus de cette étude comprennent une meilleure compréhension des divergences potentielles entre les visions des différents acteurs de l’éducation (par exemple, enseignants vs chercheurs vs décideurs) et des éléments provisoires sur ce qui pourrait le mieux jouer un rôle pour aider les enseignants à utiliser la recherche.
Financement : Contrat doctoral

Le jamais vu, un phénomène amodale ?

Responsable : Christopher Moulin (LPNC)
Chargées d’étude : Milena Léger (LPNC), Pauline Laurent (LPNC)
Résumé : Le jamais vu est défini comme une perte de familiarité pour une personne ou un objet que nous connaissons normalement bien. Dans cette étude, nous tenterons de comprendre si le jamais vu peut-être induit avec des stimuli de différentes nature (visages, noms écrits, mots visuels, mots écrits). Si c’est bien le cas nous chercherons également à observer si le jamais vu est congruent entre les différentes modalités de présentation. La procédure de base consiste à demander aux participants de regarder par exemple un visage (pendant 60 secondes), puis de rapporter leur expérience subjective après chaque essai.

le rôle des connaissances métacognitives dans les comportements alimentaires.

Responsable : Christopher Moulin (LPNC)
Chargées d’étude : Virginie Landier (LPNC), Milena Léger (LPNC)
Résumé : Cette étude consiste à montrer des images d’aliments à des participants pour observer leur intention de mangé certains aliments et cohérentes avec leurs comportements réels. Nous cherchons également à observer la conscience que les personnes ont vis-à-vis de ces comportements que nous allons calculer par l’intermédiaire de jugement métacognitif. Dans une seconde phase nous essayerons d’observer si ces comportements et le recul sur ces derniers fluctue au cours de vieillissement sain.

Cette étude est l’une de celles d’une thèse dont l’objectif est de mettre en évidence de manière empirique l’existence d’une métacognition alimentaire. Dans un premier temps nous allons observer les connaissances métacognitives que les personnes ont à propos de l’alimentation par rapport à différents critères (valeur nutritionnel, fréquence de consommation, appréciation, etc.). Dans un second temps nous observeront les capacités de métacognition lors des expériences alimentaires. Par exemple, est-ce que le fait de faire une tâche distractrice au cours d’un repas peut entrainer une surconsommation alimentaire. Une fois ces études mener auprès des personnes sans pathologies alimentaires nous allons observer si ces capacités métacognitives varient chez les personnes souffrant d’obésité. L’objectif final de ce projet serait de développer un outils métacognitif (thérapeutique) pour aider les personnes à réguler leur comportement alimentaire par l’approche métacognitive.
Financement : IDEX

Prosodie gestuelle de la navigation sociale d’un robot

Responsable : Véronique Aubergé (LIG)
Chargé d’étude : Philip Scales (LIG)
Résumé : Les méthodes de navigation sociale tentent d’intégrer des connaissances issues de domaines des sciences humaines, comme la notion de proxémique, dans la navigation des robots mobiles. Les méthodes de navigation sociale sont souvent évaluées dans des simulations, ou dans des conditions de laboratoire avec des participants informés, et les études de l’impact du comportement du robot sur les humains sont rares. Les humains communiquent et interagissent par le biais de nombreux vecteurs, parmi lesquels le mouvement et le positionnement, qui peuvent être liés à la hiérarchie sociale et au contexte socio-physique. Si un robot doit être déployé parmi les humains, les méthodes qu’il utilise doivent être conçues dans cette optique.

Ce travail constitue la première étape d’un projet en cours dans lequel nous explorons comment concevoir des méthodes de navigation pour les robots mobiles destinés à être déployés parmi les humains. Notre objectif est de considérer la navigation comme davantage qu’une simple fonctionnalité du robot et d’étudier l’impact du mouvement du robot sur les humains. Dans cet article, nous nous concentrons sur la tâche de suivi d’une personne, qui implique intrinsèquement des éléments d’interaction homme-robot et de navigation. Nous avons choisi une méthode de suivi de personne à la pointe de la technologie comme base de notre méthode, que nous avons modifiée et étendue afin qu’elle soit plus générale et adaptable. Nous avons mené des expériences pilotes en utilisant cette méthode sur un robot mobile réel dans des contextes écologiques. Nous avons utilisé les résultats de ces expériences pour étudier l’interaction homme-robot dans son ensemble en analysant à la fois la méthode de suivi de la personne et le comportement humain. Nos résultats préliminaires montrent que la manière dont le robot suit une personne a un impact sur l’interaction qui émerge entre eux.
Financement : Contrat doctoral

Évaluation des déficits métaperceptuels et métamémoriels dans la schizophrénie

Responsable : Nathan Faivre (LPNC)
Chargés d’étude : Martin Rouy (LPNC), Childéric dézier (LPNC), Perrine Porte (LPNC)
Résumé : La présente étude vise à évaluer si le déficit métacognitif présent chez les personnes atteintes de schizophrénies existe réellement. En effet, une récente méta-analyse (Rouy et al, 2021) contrôlant les performances de type 1 et usant de méthodes statistiques plus robustes, ont amené à rediscuter les déficits supposés jusqu’ici. Cette étude a donc pour objectif d’étudier plusieurs aspects de la métacognition dans la schizophrénie en contrôlant les variables confondues des études précédentes. Pour ce faire nous utiliserons des méthodes statistiques permettant de s’affranchir des performances de type 1. Ainsi, nous évaluerons le score métacognitif dans des tâches de mémoire (métamémoire), mais également de vision et d’audition (métaperception). pour des personnes avec schizophrénie et pour des sujets contrôles appariés en âge et niveau d’éducation. Grâce à cette étude nous serons en mesure de qualifier et de quantifier plus précisément le déficit métacognitif supposé dans la schizophrénie.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet METACTION qui vise à expliquer les principaux facteurs des échecs métacognitifs. Nous pensons que la métacognition ne fonctionne pas de manière isolée mais s’appuie sur des signaux provenant du corps, et plus particulièrement sur les signaux moteurs impliqués dans l’exécution de l’action motrice. (traduction libre de “https://nfaivre.netlify.app/project/meta/”)
Financement : ERC

La contribution du tissu adipeux brun dans les différences individuelles autodéclarées

Responsable : Hans Ijzerman
Chargé d’étude : Nathan Vidal
Résumé : Le style d’attachement est une théorie qui a bientôt 60 ans mais qui est encore d’actualité dans le domaine scientifique. L’attachement serait notamment lié à un besoin biologique : réguler la température corporelle. Cette thermorégulation du corps influencerait nos interactions interpersonnelles et notamment nos relations intimes, comme chez de nombreux animaux (par exemple, les pingouins se regroupent pour conserver la chaleur). Le corps a plusieurs manières de produire de la chaleur comme frissonner ou métaboliser des nutriments via les tissus adipeux bruns. Si l’attachement repose sur la régulation de la température corporelle alors ces tissus pourraient jouer un rôle dans le style d’attachement d’un individu. De plus, le fonctionnement de ces tissus est lié à une bonne santé cardio-vasculaire et offre de nombreuses possibilités thérapeutiques pour l’obésité ou le cancer. Il est donc important de savoir si le fonctionnement des tissus bruns peut expliquer en partie notre style d’attachement. Mon expérience porte donc sur l’influence de ces tissus bruns sur nos interactions interpersonnelles.
Financement : IUF

Les effets du mécanisme d’élaboration sur la mémoire de travail, chez les jeunes adultes et les personnes âgées

Responsable : Sophie Portrat (LPNC)
Chargés d’étude : Inès Leproult (LPNC), Benoit Lemaire (LPNC)
Résumé : Dans la littérature, nous retrouvons un consensus à propos de l’existence d’une diminution des capacités en mémoire de travail (MDT) dans le cadre du vieillissement cognitif normal (Jarjat et al., 2019). Néanmoins, les causes du déficit en MDT lié à l’âge apparaissent controversées. L’objectif de cette étude est de mieux comprendre les causes possibles de ce déficit. Pour cela, nous étudions la MDT dans le cadre du modèle de partage temporel des ressources (TBRS). Ce modèle propose que les informations à retenir en MDT déclinent au cours du temps. Pour lutter contre l’oubli, nous pouvons mettre en place différents mécanismes de maintien tels que des stratégies d’élaboration. Or, de multiples recherches mettent en évidence que les personnes âgées ont plus de difficultés à auto-initier des stratégies cognitives adaptées (Angel et Isingrini, 2015). Ainsi, un déficit d’utilisation du mécanisme d’élaboration constitue un bon candidat comme facteur explicatif du déficit en MDT observé lors du vieillissement cognitif normal. Nous proposons de vérifier cette hypothèse via la mise en place d’une tâche de MDT informatisée, adaptée du paradigme d’empan complexe (Conway et al., 2005)

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche Fonctionnement de la mémoire de travail et stimulation cognitive dont l’objectif premier est la compréhension du fonctionnement de la mémoire de travail. Pour cela, il sera étudié à travers une double approche : des manipulations expérimentales répondant à des questions fondamentales et des protocoles applicatifs consistant en des programmes de stimulation cognitive auxquels seront associées des mesures d’autres capacités cognitives. Il s’agira alors de déterminer les facteurs qui influencent le fonctionnement, l’entraînement, et l’interaction de la mémoire de travail au sein du système cognitif général..
Financement : ANR CHUNKED

: Lire sur les lèvres pour mieux apprendre les mots

Responsable : Mathilde Fort (LPNC)
Chargés d’étude : Joan Birules (LPNC), Olivier Pascalis (LPNC)
Résumé : L’apprentissage du langage oral est une compétence centrale pour le développement de l’enfant et constitue l’un des piliers fondateurs dans leur éducation. Dans ce projet nous étudions le rôle de l’attention multimodale aux visages parlants dans l’apprentissage explicite de mots nouveaux, situation quotidienne de la vie du jeune enfant. Les visages humains sont extrêmement riches et complexes en termes d’informations (émotions, identité, genre, communication, langage) et viennent compléter d’autres canaux sensoriels utiles à la communication (ex. l’audition). Bien que l’adulte au développement typique exploite efficacement cette multimodalité, le jeune enfant n’en bénéficie que partiellement. Notre hypothèse est qu’il ne dispose pas de capacités attentionnelles suffisantes pour sélectionner les informations pertinentes dans un visage parlant humain. L’objectif de ce projet consiste à étudier si l’utilisation d’un visage d’un robot, dont la complexité est réduite par rapport à un visage humain, faciliterait l’apprentissage de mots chez des nourrissons au développement typique. Cette question sera étudiée en vidéo-oculométrie (work package 1) et en interaction réelle (work package 2) à différents stades de maturation attentionnelle (18-36 mois). Ce projet dispose de retombées potentielles dans la compréhension des mécanismes cognitifs (e.g., attention, fonctions éxécutives, langage) impliqués dans le développement typique et ses périodes critiques, mais également en termes de santé publique. Il pourrait contribuer à l’identification des signes précurseurs des troubles de la communication (Trouble du Spectre de l’Autisme, Trouble du Langage Oral) ainsi qu’à leur remédiation précoce (réorientation du regard aux endroits pertinents pour apprendre le langage, utilisation de robots comme outil thérapeutique). Il pourrait également aboutir à la mise au point d’outils pédagogiques à l’usage des enseignants pour l’apprentissage de vocabulaire spécifique en école maternelle et primaire. En effet, le vocabulaire en maternelle est l’un des meilleurs prédicteurs de la réussite académique ultérieure, et l’un des marqueurs cognitifs les plus précoces des inégalités socio-économiques.
Financement : Fondation de France

Distance sociale, genre et décisions morales : une réplication et extension des études de Singer et al. (2019, 2021)

Responsable : Jean-Charles Quinton (LIK), Annique Smeding (LIP/PC2S)
Chargées d’étude : Aurore, Gaboriaus (LIP/PC2S – LIK), Zoe Szczepa,iak (LIP/PC2S – LIK)
Résumé : Cette étude vise à étudier les effets potentiels de la distance sociale (proche vs. distant) sur nos décisions morales du quotidien en fonction du genre des individus. Pour ce faire, nous utiliserons le matériel développé par Singer et al. en 2019 nommé l’Everyday Moral Conflict Situations (EMCS), composé de 40 scénarios moraux – 20 impliquant un proche (e.g. famille, amis) et 20 autres impliquant un inconnu. Dans une première partie de cette étude et en réplication des travaux de Singer et al. (2019), les participants devront répondre au questionnaire en indiquant pour chaque situation de conflit moral quel comportement ils adopteraient dans une telle situation parmi deux possibilités : l’une étant un comportement altruiste, l’autre un comportement égoïste. Ainsi, nous obtiendrons le pourcentage de réponses altruistes données que nous pourrons comparer selon les différentes conditions du plan expérimental (distant vs. proche et féminin vs. masculin). Nous nous attendons d’après les résultats combinés des études de Singer et al. (2019 ; 2021) à ce que la distance sociale ait un effet sur les décisions morales différenciées selon le genre du participant. Dans un second temps, nous étendrons la portée de l’étude originale en cherchant à vérifier le lien établi a priori entre le concept d’altruisme et celui de moralité au travers d’une mesure de jugement moral.
Financement : Prolific

Être étudiant.e et athlète de haut niveau : Interactions inter-rôles, autorégulation, récupération et santé mentale et physique

Responsable : Sandrine Isoard-Gautheur (SENS)
Chargée d’étude : Solène Lefebvre du Grosriez (SENS)
Résumé : Dans le contexte sport-études, les étudiant.e.s-athlètes constituent une population particulière dont l’engagement simultanée dans les rôles académiques et sportifs les expose à des exigences, des défis et des objectifs spécifiques à chacun des rôles. Les rôles multiples peuvent être source de conflit lorsque les exigences d’un rôle entravent la mise en œuvre d’un autre (Baruch & Barnett, 1986) ou source d’enrichissement lorsque les ressources produites/accumulées dans un rôle facilitent la mise en œuvre d’un autre (Greenhauss & Powell, 2006). En accord avec différentes théories (la théorie de la conservation des ressources, COR, Hobfoll, 1989 ; et le modèle des demandes et des ressources professionnelles, JDR, Bakker & Demerouti, 2017), la prise en compte des conflits entre le rôle d’athlète et le rôle d’étudiant.e semble donc essentielle afin de prédire la santé mentale et physique de manière objective et subjective.

Cette étude s’incrit dans le projet de recherche plus large Être un.e athlète de haut-niveau et réussir ses études : Variables et processus affectant la santé mentale dont l’objectif est d’examiner l’influence des interactions sport-études sur la santé mentale et physique des étudiant.e.s-athlètes. Nous nous intéressons en particulier aux modulateurs – notamment l’auto-régulation – permettant la récupération (i.e., détachement psychologique) des étudiant.e.s-athlètes quand iels perçoivent un conflit entre leur rôle de sportif et leur rôle d’étudiant.e.

The Rural-Urban Divide in Europe

Responsable : Sonja Zmerli (Pacte)
Chargé d’étude : Kevin Brookes (Pacte)
Résumé : L’objectif du projet RUDE « Rural Urban Divide in Europe » est de mesurer le clivage entre les urbains et les ruraux et leurs effets sur leur attitude vis-à-vis de la démocratie.

Le projet RUDE explore “La gouvernance démocratique à une époque turbulente” sous différents angles thématiques. Premièrement, il traite des identités changeantes et leurs conséquences sur la gouvernance démocratique et la représentation politique. Des clivages stables n’apparaissent que lorsque les luttes pour l’identité s’accompagnent des perceptions d’inégalité sociale et de distribution injuste des ressources. Deuxièmement, l’étude examine le rôle joué par la mondialisation : l’accroissement des clivages économiques entre les zones rurales et urbaines crée des menaces sur le statut social, ce qui exacerbe les tensions entre les zones rurales et urbaines. Le projet combinera une vaste étude comparative de tous les pays européens et une analyse approfondie de cinq démocraties européennes établies. Le projet générera de nouvelles données significatives sur les disparités entre les zones rurales et urbaines dans la politique européenne, ce qui nous permettra d’examiner les conséquences et les remèdes de la crise actuelle de la démocratie et de fournir des propositions pour y remédier, ce qui permettra d’intéresser à la fois les universitaires et les décideurs politiques.

Ce projet s’inscrit dans le projet Democratic Governance in a Turbulent Age
Financement : Projet européen Northface

Enquête sur les lieux de vie – pre-test

Responsable : Sonja Zmerli (Pacte)
Chargés d’étude : Bartolomeo Cappellina (Pacte), Kevin Brookes (Pacte)
Résumé : L’objectif de ce projet est d’approfondir notre compréhension de la crise européenne de la démocratie en examinant la nature, les causes et les conséquences du fossé politique croissant entre les zones rurales et urbaines en Europe. Le projet aborde trois questions de recherche particulières. Premièrement, nous étudions la nature et l’importance du clivage rural-urbain en France (RQ1). Nous étudions si, et dans quelle mesure, les citoyens urbains et ruraux diffèrent dans leurs niveaux de confiance politique, de satisfaction vis-à-vis de la démocratie et d’autres indicateurs de légitimité et de soutien politique. Nous cherchons ensuite à comprendre les causes profondes de ce clivage (RQ2) et ses conséquences sociales et politiques (RQ3). Nous comparons ensuite les résultats concernant la France avec ceux d’autres pays européens.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet The Rural-Urban Divide in Europe (RUDE)
Financement : ANR

Étude de l’effet de l’utilisation du discours interne pour réduire la perception d’effort en Trail-Running

Responsable : Clément Ginoux (SENS)
Chargé d’étude : Clément Baud (SENS)
Résumé : La pratique de la course en montagne ou « trail » est en plein développement en France et ailleurs dans le monde (Hoffman et al., 2010).Cette pratique sportive est associée à diverses contraintes spécifiques à l’activité.
Ces contraintes imposées à l’organisme durant la préparation, la participation et la récupération à ce type d’effort impactent de multiples aspects de l’individu sur le plan : physiologique, psychologique, neurologique… Certaines études ont permis dans chacun des domaines de faire avancer les connaissances actuelles sur le milieu du trail. Cependant les liens entre des variables issues de différents domaines de recherche sont très peu effectués alors même que ces liens sont à l’origine des réponses individuelles complexes observées sur le terrain.
Par conséquent il semble important d’étudier la pratique du trail et ses conséquences sur l’individu, en s’appuyant sur une approche systémique de l’individu qui étudie comment des phénomènes psychologiques, physiologiques et cérébraux interagissent entre eux pour prédire le comportement et ses conséquences sur la santé.
Cette étude reposera dans un premier temps sur un design transversal, où il y sera question d’étudier la prévalence du phénomène psychologique d’intérêt – l’utilisation du discours interne – dans la population des pratiquants de trail. Puis, la seconde et principale partie de cette étude reposera sur un design expérimental, impliquant un essai contrôlé randomisé à deux bras, en simple aveugle (i.e., participants n’étant pas au courant de leur condition expérimentale).

Il s’agit d’un stage de Master 2 Recherche
Financement : Pôle neurocognition 2022

Étude de l’engagement et de l’épuisement liés aux études dans une population étudiante engagée associativement : étude de l’effet protecteur de l’activité physique

Responsable : Clément Ginoux (SENS)
Chargée d’étude : Elodie Clerc (SENS)
Résumé : Depuis quelques années, les étudiants français rapportent des niveaux de plus en plus inquiétants d’épuisement lié aux études, et de plus faibles niveaux d’engagement. Parmi ces étudiants, certains s’impliquent en parallèle de leurs études dans une mission associative, qu’elle soit réalisée dans une association étudiante, une instance politique universitaire ou bien une association sportive ou culturelle fédérale externe à l’université. Cette implication étudiante est souvent importante, et conduit ces étudiants à consacrer une grande part de leur temps et de leur énergie à ces missions, allant même parfois jusqu’à la mise en place d’une année de césure pour pouvoir mener à bien cette mission. Mais des questions subsistent : Quelle proportion d’étudiant français s’engagent dans ce genre de mission ? Leur implication associative est-elle associée à des niveaux élevés d’épuisement et faibles d’engagement liés aux études ? Ou bien, est-ce qu’à l’inverse, leur implication associative leur permet de rester hautement engagés dans leur projet universitaire ? Est-ce que leurs habitudes de vie, telles que la pratique régulière d’une activité physique ou leur qualité de sommeil perçue, leur permettent de récupérer les ressources qu’ils investissent dans leur implication associative ? L’objectif de cette recherche est de déterminer la prévalence de l’engagement et de l’épuisement liés aux études dans la population étudiante, et d’observer leurs variations selon l’implication dans une mission associative étudiante, ainsi que les habitudes de vie des étudiants.

Il s’agit d’un stage de Master 1 Recherche à l’UFR STAPS.

Etude des interactions sport-études auprès des étudiant.e.s athlètes

Responsable : Sandrine Isoard-Gautheur (SENS), Clément Ginoux (SENS)
Chargés d’étude : Clément Ginoux (SENS), Solène Lefebvre (SENS), Maurane Villeton (SENS)
Résumé : L’objectif de cette recherche est d’étudier le conflit sport-études auprès d’une population d’étudiants, engagés dans une pratique sportive compétitive fédérale. Bien que cette thématique soit d’actualité, il n’existe à ce jour pas d’outil de mesure fiable, validé en langue française. De plus, les conséquences de la concordance ou de la discordance entre ces deux environnements sur la santé mentale et le bien-être des étudiants-athlètes restent floues. Au regard de la littérature, il apparaît nécessaire d’examiner de plus près ces relations pour pouvoir formuler des recommandations pratiques et implémenter des interventions pour accompagner les étudiants-athlètes dans la réussite de leur double projet (i.e. sportif et académique)

Il s’agit d’un Stage de Master 1 Recherche

Métacognition et tracé de lignes

Responsable : Céline Souchay (LPNC)
Chargée d’étude : Lise Brun (LPNC)
Résumé : La métacognition, ou les connaissances que nous avons sur notre fonctionnement cognitif et notre capacité à l’évaluer et à le contrôler, a été très étudié dans le domaine de l’éducation ou de la mémoire. Néanmoins, peu d’études se sont intéressées à notre capacité à évaluer nos capacités motrices. Dans cette étude, nous allons demander à des enfants présentant ou non un trouble développemental de la coordination (appelé aussi dyspraxie) de réaliser une tâche de motricité fine sur l’ordinateur et d’évaluer leurs performances à cette tâche. Dans cette tâche, les enfants verront apparaître une ligne noire sur l’écran et il leur sera demandé de retracer cette ligne noire “sans déborder” en bougeant la souris de l’ordinateur. Au cours de leur tracé, les enfants auront un retour visuel de leur mouvement (c’est-à-dire qu’ils verront leur mouvement apparaître sous la forme d’un tracé rouge). Nous ferons varier la difficulté de la tâche en changeant l’épaisseur de la ligne à reproduire : trois niveaux de difficulté seront présentés. Un score leur sera attribué à la fin de chaque essai, proportionnel au pourcentage du tracé qui a été correctement réalisé sur la ligne à reproduire (score ensuite converti sur une note allant de 0 à 10). Après avoir réalisé cette tâche, l’enfant devra effectuer un jugement de performance (jugement métacognitif) : il devra évaluer dans quelle mesure il pense avoir réussi à copier la ligne sur une échelle allant de 0 à 10. Au total, deux versions de la tâche seront présentées : une tâche ” visuomotrice ” où les enfants tracent d’abord la ligne puis effectuent un jugement métacognitif visuomoteur, et une version ” visuelle ” où les enfants ne voient que le retour visuel des tracés précédents, puis effectuent un jugement métacognitif visuel. La comparaison de ces deux tâches nous permettra d’identifier si la planification motrice et le feedback proprioceptif modifient la précision et la variabilité des jugements métacognitifs.
Financement : IRGA (CBH School)

Pratiques déclarées d’enseignement de la compréhension: rôle de l’imagerie mentale

Responsable : Anna Potocki (LaRAC)
Chargées d’étude : Anna Potocki (LaRAC), Léa Gazel (LaRAC)
Résumé : L’objectif de cette étude est d’examiner les pratiques déclarées d’enseignement des stratégies de compréhension de textes par des enseignants de cycle 2 et 3. Nous nous intéressons plus particulièrement aux pratiques relatives à l’enseignement des stratégies d’imagerie mentale. Cette étude est réalisée dans le cadre du mémoire de Léa Gazel, étudiante en M2 MEEF à l’INSPE de Grenoble

ECRIMO 2 : une application pour écrire en autonomie au CP

Responsable : Marie-Line Bosse
Chargés d’étude : Cynthia Boggio (LPNC), Mathieu Loiseau (LIRIS, INSA-Lyon), Maryse Bianco (LARAC)
Résumé : Ce projet vise à réduire les difficultés d’apprentissage de la lecture et de l’écriture au cours préparatoire (CP) en favorisant 2 pratiques reconnues comme efficaces, la pratique de l’encodage et les activités ciblées menées en petits groupes d’élèves à risque. ECRIMO est une application pour favoriser la pratique autonome de l’encodage et permettre aux enseignants de travailler plus souvent avec de petits groupes d’élèves. Un 1er prototype pour tablette a été développé dans un précédent projet. Il sera amélioré dans une démarche de recherche collaborative avec une équipe de 5 enseignantes. Son utilisabilité et son acceptabilité seront mesurées et optimisées entre le 1er prototype et le produit final. Son efficacité sera testée en 2 temps, sur les progrès des élèves mais aussi sur les pratiques enseignantes (notamment la fréquence des activités en petits groupes). Enfin, le projet répondra également à la question de l’intérêt de la gamification pour ce type d’application
L’étude en cours consiste à évaluer l’efficacité de l’application ECRIMO2, qui vise à entrainer les élève de CP en encodage. L’étude s’effectuera de février à juin 2022. Les classes seront réparties aléatoirement en 3 groupes. Un groupe travaillera avec la version basique, un autre avec la version gamifiée et le 3ème groupe contrôle actif travaillera sur l’application Luciole qui cible la compréhension orale de l’anglais (prototype développé dans le projet e-Fran Fluence en s’appuyant sur les instructions officielles, MEN, 2015). L’efficacité du prototype 2 sera testée par un protocole classique prétest-intervention-postest, avec des épreuves de prétests (février 2022) et postests (juin 2022) portant sur les compétences de lecture et écriture adaptées au milieu et à la fin du CP (testant notamment la fluence de décodage, l’écriture de mots et de pseudo-mots). Une échelle d’utilisabilité (SUS, System Usability Scale, Brooke, 1996) sera renseignée par les enseignants. Des observations, questionnaires, entretiens et groupe de travail seront mis en place afin de récolter les avis des utilisateurs (élèves et enseignants). Le jugement d’appétence des élèves (questionnaire de Pila et al., 2019) et leur temps de jeu seront aussi récoltés à la fin de la période d’intervention. L’ensemble de cette étude sera effectuée grâce au recrutement d’un post-doctorant (7 mois, de janvier à juillet 2022). Grâce aux données recueillies, les dernières modifications seront apportées à l’application (juillet septembre 2022) et nous choisirons son habillage définitif (basique ou gamifié).
Financement : Pegase

Déontologie des policiers et gendarmes (DPOP)

Responsable : Sebastian Roche (Pacte)
Chargé d’étude : Antoine Jardin (CESDIP, UVSQ)
Résumé : Alors que différentes études couvrent les attitudes des policiers vis à vis de la déontologie et leurs déterminants au plan international, il n’en va pas de même en France. A partir d’un échantillon d’agents issu de plusieurs départements français, cette enquête par questionnaire couvrira cette thématique. Les attitudes par rapport aux règles et sanctions sont mises en perspective par les conditions de travail et les relations avec le public. La participation des agents est volontaire, et les organisations police et gendarmerie n’auront pas accès aux données collectées
Financement : financement ad hoc, Défenseur des Droits et centre de recherche de la GN

Etude de l’automatisation des additions basiques par le biais de tâches d’alphabet – arithmétique

Responsable : Karine Mazens (LPNC)
Chargés d’étude : Stéphanie Chouteau (LPNC), Benoit Lemaire (LPNC), Karine Mazens (LPNC), Robin Bonnefont (LPNC)
Résumé : L’arithmétique basique et plus particulièrement la résolution mentale d’additions basiques fait l’objet de nombreuses études dans le domaine de la cognition numérique depuis plusieurs décennies. La compréhension des mécanismes qui sous-tendent l’arithmétique basique représente un enjeu majeur puisque les théories puisque les théories qui en découlent peuvet avoir des impacts dans l’apprentissage et la remédiation. Au sein de la communauté scientifique, différentes stratégies s’affrontent quant aux stratégies cognitives mises en oeuvre pour effectuer ces additions basiques. Les théories classiques reposent sur le concept de récupération de faits arithmétqiues en mémoire, tandis que des théories plus récentes s’appuient sur le concept d’un calcul ultra-rapide automatisé et inconscient le long d’une ligne mentale. Grâce à une expérience d’apprentissage basée sur une tâche d’alphabet-arithmétique, nous souhaitons étudier l’évolution des mécanismes mis en oeuvre par les participants après 12 à 15 séances d’apprentissage en manipulant l’ordre et la fréquence de présentation des problèmes (expérience 1) et les modalités de transfert d’apprentissage vers de nouveaux problèmes (expérience 2).
Financement : IDEX / IRS

Les paradoxes de la reprise d’entreprise

Responsable : Berangère Deschamps (CERAG)
Résumé : les objectifs du projet sont d’explorer les paradoxes et les réponses aux paradoxes au sein d’entreprises reprises et de concevoir et tester des échelles de mesures relatives aux paradoxes/réponses afin de les incorporer dans un guide d‘autoévaluation à utiliser par les repreneurs. L’étude consiste à concevoir et tester des échelles de mesures de paradoxes et réponses aux paradoxes auprès de repreneurs Français et étrangers.

Etude de l’acceptabilité de robots collaboratifs (ou cobots) dans le milieu industriel français

Responsable : Aurélie Landry (LIP/PC2S)
Chargés d’étude : Aurélie Landry (LIP/PC2S), Emma Cippelleti (LIP/PC2S), Etienne Fournier (LIP/PC2S)
Résumé :Avec l’avènement de l’industrie 4.0, des nouveaux collaborateurs font leurs apparitions dans les industries : les cobots. Ces derniers correspondent à des dispositifs robotiques travaillant de pair avec les salariés à la réalisation de leur activité. La cobotique serait vue comme un nouveau moyen de prévention de la santé au travail notamment pour limiter les troubles musculosquelettiques. Le déploiement de ce type de technologie pose plusieurs questions d’ordre éthiques sociales, légales… Dans ce sens, peu d’études s’intéressent à l’acceptabilité des cobots au sein de l’industrie française. L’objectif principal est de comprendre le rôle de plusieurs croyances sur l’intention future d’utilisation de cobots par des travailleurs de l’industrie française. Pour cela, nous nous baserons sur les modèles du TAM (Davis, 1989 ; Venkatesh et Davis, 2000 ; Venkatesh et Bala, 2008), sur la recherche menée par Bröhl et al. (2019) qui ajoutent des variables liées aux implications éthiques, légales et sociales ainsi que sur la recherche de Arnoux-Nicolas et al. (2017) qui s’intéresse au sens du travail.
L’étude s’inscrit dans le projet PROG4YOU. L’objectif général est de développer une approche de “programmation par démonstrations” des cobots à l’intention des opérateurs de production, non expert en langages de programmation mais ayant l’expertise de la réalisation des tâches, tout en garantissant que cette approche soit acceptable et intelligible par ces opérateurs. Pour mener à bien les différentes facettes de ce projet pluridisciplinaire, le consortium regroupe des partenaires académiques en informatique/robotique et en psychologie ergonomique ainsi qu’un partenaire industriel intégrateur robotique. D’un point de vue industriel, l’objectif du projet prog4Yu est de développer un démonstrateur industriel de cobot “programmable par démonstration” pour traiter le problème de conditionnement/palettisation de pièces en fin de chaîne de production avec le cobot YuMi. D’un point de vue scientifique, l’objectif est de (1) développer des algorithmes d’apprentissage de trajectoires des effecteurs d’un cobot (geste) et de modèles intelligibles de tâches (sémantique du geste) selon une approche par démonstration et (2) d’identifier les facteurs qui dans cette approche favorisent ou d’entravent l’acceptation de la cobotique en milieu industrielle.
Financement : ANR

La gestion du stress par le couple à la retraite

Responsable : Caroline Poulet (LIP/PC2S)
Résumé :  Face au vieillissement, la vie conjugale pourrait être une ressource pour faire face à l’ensemble des changements rencontrés. Bodenman (1995) a développé un modèle de coping dyadique du stress permettant de mettre en évidence le rôle de chacun des partenaires dans la transmission, la communication et la gestion du stress. Certaines études ont pu souligner les effets bénéfiques de la gestion du stress par le couple notamment en contexte de pathologie chronique comme le cancer (Untas et al., 2009). Actuellement peu d’études ont exploré cette gestion dyadique du stress auprès de la population âgée. L’objectif de cette étude est d’identifier l’implication de la gestion du stress par le couple âgé sur la satisfaction de vie ainsi que le niveau de santé. 50 personnes âgées à la retraite répondront à un questionnaire en ligne d’une durée d’environ 25 minutes. Ce questionnaire évaluera le stress perçu, le coping dyadique, la satisfaction de vie et l’état de santé perçue. Nous pensons qu’une personne percevant un coping dyadique positif aura une satisfaction de vie et un niveau de santé perçue plus élevés.

WECARE – Caractérisation du stress sur la base de mesures comportementales et physiologiques multimodales pour des applications multi-contextuelles

Chargés d’étude : Pierre Blandin (CEA-Leti DTBS/LSIV, Minatec campus), Christelle Godin (CEA-Leti DSIS/SCSE/LSCM, Minatec campus), Stéphane Bonnet (CEA-Leti DTBS/STD/LE2S, Minatec campus), Christelle Godin (CEA-Leti DSIS/SCSE/LSCM, Minatec campus), Stéphane Bonnet (CEA-Leti DTBS/STD/LE2S, Minatec campus)
Résumé : Le stress constitue une réaction adaptative de l’individu, en réponse à des contraintes de l’environnement appelé stresseurs qui peuvent être physiques, mentales, sociales et/ou émotionnels. Lorsque le stress est trop important par rapport à la situation rencontrée ou de trop longue durée, il peut affecter les performances, et le comportement de l’individu et peut, par sa récurrence, conduire également à des troubles psychiques et physiques [1-2]. Pourvoir mesurer et caractériser spécifiquement le stress d’une personne constitue un des enjeux scientifiques majeurs actuels tant les besoins et les applications sont nombreuses dans différents secteurs d’activité. L’objectif principal du projet de recherche est d’identifier de nouveaux marqueurs physiologiques spécifiques du stress psychologique en vue d’améliorer la robustesse d’un modèle d’estimation du stress développé sur la base de précédentes campagnes expérimentales (manipulant différents contextes), à partir de mesures multimodales et de différents capteurs pour une étendue d’application plus large.
Financement : CEA

Métacognition et Mémoire autobiographique

Responsable : Christopher Moulin (LPNC)
Chargé d’étude : Fabien Carreras (M2-psychologie)
Résumé :  le but général de l’étude est de mesurer la métacognition dans la mémoire autobiographique. A-t-on des capacités métacognitives liées à notre mémoire autobiographique.
La mémoire autobiographique est supposée avoir un but de cohérence. Pour que ce but soit respecté, la chronologie des évènements autobiographiques doit être conservée en mémoire. Nous proposerons aux participants de générer des souvenirs autobiographiques. Ces souvenirs seront triés par paires. Les participants devront juger l’ordre d’apparition de chaque paire deux fois. Ces deux jugements nous permettrons d’obtenir des paires cohérentes et des paires incohérentes. (Paire A-B, si l’évènement A est jugé comme étant apparu avant B, la paire est cohérente si B est jugé être apparu après A…). Chaque jugement d’ordre sera suivi d’une tâche métacognitive : un jugement de confiance. Si les participants sont capables de métacognition par rapport à leur mémoire autobiographique, les paires d’évènements cohérentes devraient être associés à une confiance plus grande.

EATMETA : The role of metacogniBon in eaBng behaviors

Responsable : Christopher MOULIN (LPNC)
Chargée d’étude : Miléna Léger (LPNC)
Résumé :  L’objecBf de nos études est de mesurer la précision métacogniBve à propos des comportements alimentaires. Nous allons comparer les différences existantes entre les prédicBons de comportements alimentaires et les comportements alimentaires réels ainsi que l’impact des jugements métacogniBfs sur ces comportements.
Financement : IDEX

DiCoSAD – Diminuer les Comportements Sédentaires chez des Adultes Défavorisés

Responsable : Agnès Helme-Guizon (CERAG)
Chargé d’étude : Romain Debru (CERAG)
Résumé :  L’objectif de cette recherche est de tester le rôle motivationnel de la culpabilité anticipée à s’enger dans des comportements sédentaires sur la réduction de ces comportements. Différentes études se sont intéressées à son rôle sur les intentions et les attitudes à s’engager ou réduire certains comportements de santé (i.e., pratique d’activité physique, réduction du tabac, pratiques sexuelles sans risques ; (Xu & Guo, 2018)). Cependant, ces études n’ont pas manipulé directement la culpabilité anticipée et apportent peu d’explications théoriques (notamment sur les aspects motivationnels) sur le lien entre culpabilité et la formation d’intentions de réduire/augmenter certains comportements de santé. Leurs résultats montrent néanmoins un effet significatif de la culpabilité sur les intentions de s’engager ou de réduire certains comportements de santé (Boudewyns et al., 2013; Wang, 2011). Les apports de cette recherche sont nombreux. Elle a pour objectif de faire progresser la connaissance des leviers de réduction des comportements sédentaires. Elle apporte des explications théoriques sur le lien entre culpabilité et formation d’intentions de réduire des comportements sédentaires en mobilisant la théorie de l’auto-détermination. Enfin, elle contribue à la littérature sur la culpabilité anticipée en marketing social et plus généralement sur les comportements liés à la santé.

Comment habiter le CROUS de demain ? Paroles de résidents

Responsable : Frédéric Gonthier (PACTE)
Chargés d’étude : Frédéric Gonthier (PACTE), Lê Van Truoc (PACTE), Antoine Calzavara (PACTE), Martin Alaux (PACTE)
Résumé : Dans le cadre de son schéma directeur d’hébergement, le Crous Grenoble Alpes entend recueillir des éléments d’orientation stratégique nourris par les points de vue et états d’esprit de ses usagers. Il réalise à cette fin une étude auprès de ses résidents pour mieux connaître leurs modes d’habiter et adapter son offre de logement et de services. Le volet quantitatif de l’étude interrogera ainsi l’offre de logements (perceptions des services et équipements), leurs usages (organisation de la vie à l’intérieur des résidences Crous) et les relations que les résidents entretiennent avec le Crous (parcours locatifs, accueil et accompagnement…). L’étude sera réalisée en partenariat avec le Master Progis de Sciences Po Grenoble.
Financement : CROUS-Master Progis Sciences Po Grenoble

FeedingBias

Responsable :  Gilles Bastin (PACTE)
Chargé d’étude : Gilles Bastin (PACTE)
Résumé : FeedingBias vise à fournir des données et des outils analytiques pour une meilleure compréhension de l’exposition à l’information sur les réseaux sociaux et des interactions des individus avec ces informations. L’enquête comprend un volet de collecte de données issues d’une sélection de médias (notamment les articles publiés sur les réseaux sociaux) et un volet de collecte de données auprès d’utilisateurs de ces réseaux. Cette partie sera réalisée à partir d’un questionnaire hébergé sur la plateforme SCREEN. Ce questionnaire permettra de recueillir le consentement des utilisateurs à l’enquête, des informations sur leurs caractéristiques socio-démographiques, sur leurs usages en matière d’information, sur leur rapport aux réseaux sociaux et leur opinion sur divers sujet (dont une mesure de positionnement politique D/G). Le questionnaire permettra aussi de demander aux utilisateurs leur identifiant éventuel sur Twitter et YouTube à partir duquel nous procéderons à une collecte de données (en mars-avril 2022) sur les sources de médias auxquelles ils ou elles sont exposé•es via les API de ces plateformes. Il permettra enfin de leur proposer d’installer un outil permettant de collecter ces mêmes informations sur Facebook. 
Financement : chaire Société Algorithmique de l’Institut MIAI

Comprendre la métamémoire dans le vieillissement sain

Responsable :  Christopher Moulin (LPNC)
Chargée d’étude : Lucile Meunier-Duperray (LPNC)
Résumé : Nous voudrions appréhender le processus de métamémoire dans le vieillissement sain. Pour cela, nous effectuerons plusieurs mesures de la métacognition et de la métamémoire auprès de participants âgés entre 18 et 80 ans. Pour expliquer une de notre tâche de façon concrète, nous utiliserons par exemple un paradigme de Feeling of knowing au cours duquel les participants devront apprendre des mots et prédire à quel point ils seraient capables de reconnaitre un mot cible ultérieurement. Dans ce cadre, un outil de questionnaire en ligne tel que proposé par la plateforme SCREEN nous permettra à la fois de définir les items que nous utiliserons dans nos expériences (i.e., des mots et questions de culture générale), de développer des études annexes, et d’effectuer des analyses exploratoires auprès des participants qui passeront notre expérience (e.g., questionnaire de réserve cognitive).
Financement :  ANR

Ecole et Nature : Temps scolaire passés dans la nature et fluctuations journalières et hebdomadaires de l’attention

Responsable :  Rebecca Bègue-Shankland (DIPHE, Lyon-2 ; Axe PPSI-MSH-Alpes)
Chargé d’étude : Quentin Hallez (Diphe, Lyon-2)
Résumé : L’objectif principal de notre étude consiste à évaluer, chez des élèves d’écoles travaillant 4 jours par semaine, les potentiels bénéfices de temps scolaires passés dans la nature (le lundi et le jeudi) sur les variations journalières et hebdomadaires de l’attention sélective et leur évolution au cours du développement. Le second objectif consiste à évaluer les effets des jours passés dans la nature sur la qualité du sommeil, le bien-être et la motivation des élèves comparativement à des élèves ne bénéficiant pas de ce temps scolaire passé dans la nature.
Concernant la rythmicité journalière de l’attention, si les temps scolaires passés au contact de la nature engendrent des bénéfices immédiats et ponctuels (circonscrits au jour/moment de l’expérience), nous faisons l’hypothèse d’un profil attentionnel plus homogène que le profil classique, avec une baisse moins importante de l’attention en début d’après-midi, surtout chez les élèves les plus jeunes, les jours où les élèves sont dans la nature. Alternativement, ce résultat pourrait être attendu à la fois lors des temps au contact de la nature et en classe si l’expérience régulière du contact avec la nature engendre des bénéfices durables et transférables aux temps scolaires passés en classe.

Mise en place d’un Baromètre du non-recours aux droits sociaux fondamentaux à Lyon (observatoire Odenore)

Responsable : Héléna Revil (PACTE)
Chargés d’étude : Héléna Revil (PACTE), Olivier Elleaume (PACTE), Antoine Rode (PACTE)
Résumé :  Le Baromètre à vocation à produire de la connaissance sur le recours/non-recours à différentes prestations, aides, services, à l’échelle des 7ème et 8ème arrondissements de la ville de Lyon. Plus globalement, il s’agit de s’intéresser au rapport entretenu par les habitants de ces arrondissements avec des offres dont ils pourraient bénéficier et avec les acteurs qui les portent et/ou les mettent en œuvre. Les données seront collectées par questionnaire. Cette recherche-action, de nature collaborative, alimentera la réflexion théorique de l’Odenore sur le non-recours aux droits sociaux fondamentaux et servira de point d’appui aux acteurs lyonnais, en premier lieu Centre communal d’action sociale (CCAS) et Ville, pour faire évoluer leurs modalités d’action voire pour créer de nouvelles offres à destination des publics pour lesquels certains besoins fondamentaux seraient repérés comme non pris en compte.
Financement : Collaboration de recherche Ville de Lyon et Fondation Nexity

Les étudiant.es et l’alimentation

Responsable :  Pierre Mercklé (PACTE)
Chargés d’étude : Pierre Mercklé (PACTE), Olivier Zerbib (PACTE), Antoine Machut (PACTE), Anastasia Magat (PACTE)
Résumé : Les enseignant.es de méthodes quantitatives et leurs étudiant.es du département de sociologie de l’UFR SHS de l’Université Grenoble Alpes participent à la réalisation d’une enquête nationale par questionnaire portant sur les pratiques alimentaires des étudiant.es. Les années récentes ont vu se poursuivre un mouvement déjà ancien caractérisé par des transformations profondes des pratiques alimentaires des Français.es, que la crise sanitaire des deux dernières années a pu contribuer à encore renforcer : ce mouvement est caractérisé par la poursuite de la différenciation des régimes alimentaires (nourries par la progression du végétarisme, des régimes alimentaires spéciaux, mais aussi des allergies et des intolérances alimentaires), la diversification des modalités d’approvisionnement (avec en particulier l’explosion des services de livraison à domicile), mais aussi la montée des préoccupations environnementales. Mais ces nouvelles pratiques alimentaires, dont les nouvelles générations de jeunes adultes semblent en particulier les porteuses, sont-elles adoptées par tout le monde ? Et sont-elles adoptées de la même façon et à la même vitesse par tou.tes les étudiant.es, à une étape cruciale du parcours de vie qui est marquée par une autonomisation résidentielle et financière progressive ? Les logiques classiques de différenciation sociale des habitudes et des goûts en matière d’alimentation sont-elles de ce fait en recul chez les étudiants, au profit d’une « culture alimentaire des jeunes » relativement unifiée ? Ou bien est-il toujours possible d’observer des différences de rapports avec l’alimentation en fonction du genre, de l’origine sociale ? L’objectif principal de l’enquête est de prendre la mesure de la diversité des pratiques et des préférences alimentaires des étudiant.es, et des déterminants de celle-ci, dans un contexte marqué à la fois par des transformations de grande ampleur et des perturbations plus spécifiques liées à la crise sanitaire.

Évolution des compétences psychosociales des enseignants et des élèves à la suite d’une formation à la gestion de classe

Responsable :  Céline Baeyens (LIP/PC2S)
Chargées d’étude : Rebecca Shankland (DIPHE, Lyon-2) et Clémence Gayet (LIP/PC2S)
Résumé : Cette étude vise à évaluer l’évolution des compétences psychosociales des enseignants et de leurs élèves à la suite d’une formation de Discipline positive dispensée dans le cadre d’un Plan Académique de Formation (PAF) en Seine Saint-Denis. La formation des enseignants a pour but d’améliorer le climat de classe et l’engagement des élèves dans les apprentissages en développant les compétences psychosociales des élèves et de leurs enseignants. L’objectif principal de cette recherche est de comparer les scores de compétences psychosociales des enseignants ayant suivi la formation comparativement à ceux qui suivront la formation dans un second temps, ainsi que les élèves des classes des deux groupes d’enseignants.
Financement :  ARS

La taxe cognitive de la pauvreté explique-t-elle les comportements de santé

Responsable :  Aina Chalabaev (SENS)
Chargé d’étude : Illyes Saoudi (SENS)
Résumé : Les personnes issues de classes socio-économiques défavorisés sont moins susceptibles de participer à des Activités Physiques (AP). La littérature avance souvent les hypothèses d’un habitus différencié, d’un coût financier important des AP, et d’un environnement matériel moins favorables à la pratique. Au-delà de ces hypothèses, notre projet de thèse vise à comprendre les déterminants cognitifs et de la moindre pratique de l’AP chez les personnes issues de classe socioéconomique défavorisées. Au-delà du coût financier, nous supposons notamment que la pauvreté « taxe » également cognitivement les individus en termes de biais attentionnels, de ressources de contrôle de soi et de motivations qualitatives (e.g., autodétermination). 
Financement :  Contrat Doctoral spécifique aux normaliens (financement de l’Ecole Normale Supérieure de Rennes)

Gouvernance élargie des filières d’ingénierie du sous-sol (Géfiss)

Responsable :  Pascal Pansu (LaRAC)
Chargés d’étude : Alexis Favre-Felix (LaRAC), Emeline Ah Tchine (LaRAC et ISTO)
Résumé : Le projet GEFiSS s’est construit à partir de différents constats : la remise en cause de la notion d’acceptatbilité sociale ; la nécessité d’engager les parties prenantes dans des débats informés autour des filières d’ingénierie du sous-sol, dans le processus de décision de réalisation de projets, et de leurs conditions d’implémentation; la nécessité de réfléchir à une utilisation partagée et coordonnée des ressources du sous-sol et de ses autres potentialités pour soutenir la transition énergétiques.
Il s’appuiera sur une analyse approfondie de la situation présente, actuellement  en cours, pour clarifier les enjeux auxquels font face les différentes filières en partant des retours d’expérience de projets. Il lancera en complément plusieurs actions de recehrche académique, dans différentes disciplines des sciences humaines : en psychologie sociale sur les questions des représentations et de leur lien avec les attitudes concernant l’exploitation du sous-sol ; en géographie politique / sociologie sur la possibilité de considérer le sous-sol comme un bien commun et de construire un projet territorial partagé pour son exploitation dans le cadre de la transition énergétique ; et enfin sur différents enjeux  juridiques tels l’articulation des différents codes, le risque contentieux et juridique.
Financement :  ANR

L’enseignant face à l’indiscipline en classe

Responsable :  Pascal Pansu (LaRAC)
Chargée d’étude : Irène  Freyssinet (LaRAC)
Résumé : Ce projet s’inscrit dans une étude visant à implémenter une pratique efficace de la gestion les comportements perturbateurs en classe pour les réduire. L’enseignant apprend à ignorer les comportements perturbateurs et à récompenser des comportements appropriés. Nous attendons, sous réserve que la pratique soit bien implémentée, une diminution des comportements perturbateurs en classe. Pour tester cette hypothèse, des comportements en classe seront filmées avant et après l’implémentation du programme et dans un groupe contrôle.
Un objectif de ce projet est aussi de comparer l’attention des enseignants face aux élèves avant et pendant l’implémentation du programme. 
Financement :  Contrat doctoral, financement IRS

CosmEthics

Responsable : Anna Tcherkassof (LIP/PC2S)
Chargée d’étude : Yuna Bertin (LIP/PC2S)
Résumé : Le but de cette étude est d’évaluer l’efficacité ainsi que les mécanismes d’efficacité de deux interventions basées respectivement sur la dissonance cognitive et la bienveillance envers soi, sur : (1) les symptômes anxio-dépressifs (HAD ; Zigmond & Snaith, 1983) et (2) le niveau de bien-être psychologique (WEMBS ; Trousselard et al., 2016)  dans une population en situation d’hospitalisation pour dépression en comparaison avec le groupe contrôle actif (activation comportementale)
Financements  : IDEX

eLTER France

Responsable : Virginie Girard (LECA)
Résumé : eLTER France regroupe les deux infrastructures de recherche nationale O2CAR et RZA, dans le cadre de la construction européenne eLTER – projets PPP et PLUS 2021-2025. ces IRs travaillent sur les trajectoires des socio-écosystèmes et le fonctionnement de la zone critique. A cet effet , elles mobilisent un large panel de disciplines rattachées à la thématique Surfaces intercontinentales du CNRS (volet interdisciplinaire) et impliquent de nombreux partenaires non académiques (volet transdisciplinaire).
Financements  : Projet européen

D’Ahantasia à Aphantasie

Responsable : Alan Chauvin (LPNC)
Chargés d’étude : Alan Chauvin (LPNC), Hélèné Lovoenbruck (LPNC), Nicole Huson (LPNC), Claire VanBuckhave (LPNC), Téo Pesci (LPNC)
Résumé : Ce projet vise à confirmer et étendre les découvertes récentes sur l’aphantasie (l’absence d’expérience subjective d’imagerie mentale visuelle). Le premier objectif est de reproduire les recherches réalisées en langue anglaise (Dawes et al., 2020) dans une large population francophone. Le second objectif est d’étendre ces travaux à la modalité auditive verbale, chez des anglophones et francophones. Des questionnaires seront associés à des mesures objectives de l’imagerie mentale visuelle et auditive.

Constellation

Responsable : Maryse Bianco (LaRAC)
Chargée d’étude : Céline Pobel-Burtin (LaRAC)
Résumé : Cette étude vise à documenter la mise en œuvre d’une nouvelle forme de formation continue des professeurs des écoles, les constellations. Cette documentation passe, entre autres, par la diffusion de 3 questionnaires :
  • un en octobre et un en mai / juin à un petit échantillon d’enseignants et de conseillers pédagogiques par ailleurs observés toute l’année
  • un en juin à un échantillon plus vaste (les professeurs des écoles et les formateurs de l’académie de Grenoble engagés dans une constellation)

Prévenir la rechute dépressive : comparaison d’interventions visant la réduction du biais de négativité ou la dissonance cognitive

Responsable : Céline Baeyens (LIP/PC2S)
Chargé d’étude : Jean-Baptiste Baudier
Résumé : Le but de cette étude est d’évaluer l’efficacité ainsi que les mécanismes d’efficacité de deux interventions basées respectivement sur la dissonance cognitive et la bienveillance envers soi, sur : (1) les symptômes anxio-dépressifs (HAD ; Zigmond & Snaith, 1983) et (2) le niveau de bien-être psychologique (WEMBS ; Trousselard et al., 2016)  dans une population en situation d’hospitalisation pour dépression en comparaison avec le groupe contrôle actif (activation comportementale).
Financements  : Thèse CIFRE

Les études ayant commencé en 2018-2019

Les performances des élèves en orthographe sont-elles dépendantes de la modalité d’entrée ?

Responsable : Marie-Line Bosse (professeure, LPNC)
Co-responsable : Maryse Bianco (professeure, LaRAC)
Chargées de recherche : Cynthia Boggio (doctorante, LPNC), Eve Mianowski (M1 orthophonie, Sorbonne université)
Résumé: Cette étude s’intéresse aux performances orthographiques des élèves de CP (7 ans) dans deux tâches, la dictée de mots et la dénomination écrite d’images. Sachant que la dictée débute par l’activation des codes phonologiques et que la dénomination écrite d’images débute par l’activation des codes sémantiques (Bonin, Collay, & Fayol, 2018), notre but est d’observer si les performances en orthographe varient en fonction de la tâche. Nous faisons l’hypothèse que les performances des enfants seront meilleures quand le code phonologique est activé en premier, donc dans la tâche de dictée. Afin de tester notre hypothèse, les élèves réaliseront une tâche d’encodage de mots sur un ordinateur-tablette dans la condition dictée (le mot à encoder est entendu) et dans la condition dénomination (le mot à encoder est présenté sous forme d’image). L’ordre des conditions et les items utilisés seront contrebalancés. Nous mesurerons la qualité de l’orthographe produite et les temps de réponses. Cette étude sera menée avec des élèves scolarisés en CP aux alentours de Grenoble, à la fin de l’année scolaire 2018/2019.

Egg-Paradox

Responsable : Laurent Bègue (LIP PC2S)
Chargé de recherche : Thyl Moors
Résumé: Etude en psychologie sur le paradoxe de la viande, sur l’incohérence entre d’une part aimer les animaux et déprécier les voir souffrir ou mourir et d’autre part manger de la viande, activité qui requiert précisément de les tuer et de les faire souffrir. Les humains cherchent à résoudre cette incohérence de diverses manières : en considérant que les animaux ressentent peu la douleur, qu’ils ne sont pas dignes d’intérêt moral, que nous sommes obligés de les manger pour vivre, etc.  Le paradoxe de l’œuf c’est l’hypothèse que ce phénomène peut s’étendre à la consommation d’autres produits d’origine animale qui requiert de faire souffrir un animal, en l’occurrence la consommation d’œufs. Pour cela, nous allons utiliser une méthode déjà utilisée pour étudier le paradoxe de la viande, mettre les participants dans deux conditions : l’une dans laquelle la souffrance d’une poule pondeuse sera soulignée, l’autre dans laquelle elle ne le sera pas pour voir si cette information influe sur la consommation d’œufs et modifier notre perception de la poule (moins d’émotions attribuées, une intention moindre de manger des œufs à l’avenir, etc.).

L’application du CBSM aux patients en réadaption

Responsable : Aurélie Gauchet (maîtresse de conférence, LIP/PC2S)
Chargé.e.s de recherche : Maurane Limeux (M2P Psychologie), Franck d’Allessandro (M1 Psychologie)
RésuméL‘objectif de cette étude consiste à prévenir l’apparition des maladies cardiovasculaires chez des patients à risque et limiter leurs récidives en appliquant le programme CBSM (Cognitive-Behavioral Stress Management) élaboré par Antoni, Carver et leurs collaborateurs au début des années 2000. Il s’agit plus précisément d’un programme thérapeutique multidimensionnel (relaxation, restructuration cognitive, dynamique de groupe) en dix séances. Les données de la recherche ont montré des résultats très prometteurs concernant l’efficacité de ce programme sur des maladies chroniques comme le cancer, le VIH, ou encore les douleurs chroniques. Néanmoins, aucune étude n’a encore été menée en France auprès de patients souffrant de maladies cardiovasculaires. Les principaux facteurs psychologiques impliqués dans l’apparition et/ou l’aggravation de ces maladies sont le stress, la dépression et l’anxiété. Cependant, une faible observance thérapeutique joue également un rôle considérable sur les issues de la maladie.

Modulations de la capture attentionnelle

Responsable : Jean-Charles Quinton (LJK, UGA)
Chargée de recherche : Malena Joly (M2R Sciences Cognitives)
Résumé : Lorsque plusieurs stimuli visuels clairement différenciés (e.g., mouvement vs. couleur) sont présentés simultanément, l’attention visuelle est-elle capturée par les stimuli non pertinents pour la tâche en cours ? Les caractéristiques visuelles de la tâche et des stimuli (e.g., saillance) affectent-elles ces effets de capture attentionnelle ?

Influence du choix sur la persuasion en communication préventive

Responsable : Marie-Claire Wilhelm (maîtresse de conférence, CERAG)
Co-responsable : Soffien Bataoui (maître de conférence, CERAG)
Résumé : L’objectif de cette étude est de déterminer dans quelle mesure le fait de laisser le choix à une personne concernant la communication qu’elle souhaite regarder peut avoir une influence sur l’attitude et l’intention comportementale proposée par la communication. Ainsi, toutes les applications gratuites imposent aujourd’hui de visionner des publicités. Nous n’avons pas d’option pour choisir la publicité que nous souhaitons regarder. Dans notre expérimentation, les participants auront le choix entre deux communications relatives à la sécurité routière. Les participants qui auront eu le choix de leur communication devraient développer moins de résistance, avoir une attitude plus favorable envers la communication et une meilleure intention respecter la sécurité routière. Au niveau managérial, cela nous donnerait des clés pour améliorer la persuasion d’une communication préventive, en utilisant les nouveaux outils de communication.

Syndrome d’Ehlers-Danlos et troubles du spectre autistique

Responsable : Morgane Burnel (chercheuse associée, LPNC)
Résumé : Le syndrome d’Ehlers-Danlos (SED) est une maladie héréditaire du tissu conjonctif d’origine génétique. Le SED se caractérise notamment par une hyperlaxité généralisée, des déficits proprioceptifs, de la fatigue et des douleurs chroniques invalidantes. Il existe peu d’études concernant le SED, ce qui le place parmi les maladies orphelines. Ce n’est pas une maladie dégénérative, dans le sens où elle n’évolue pas par “poussées” mais  plutôt par “crises” à l’issue desquelles le patient voit son état s’améliorer. Il n’existe toutefois pas de données concernant la progression générale de la maladie à long terme. Ainsi, le premier objectif de cette étude est de mieux appréhender le ressenti subjectif des patients concernant l’évolution de leur handicap depuis l’apparition des premiers symptômes. De plus, des études épidémiologiques suggèrent que la prévalence des troubles du spectre autistique est augmentée dans cette population. Le deuxième objectif de cette étude est donc d’évaluer la présence de traits autistiques chez les personnes avec SED.

BIOLOREC lot 4

Responsable : Hélène Caune (maîtresse de conférence, PACTE)
Co-responsables : Simon Persico (professeur de universités, PACTE) et Florent Gougou (maître de conférence, PACTE)
Chargées de recherche : Annette Casagrande (ingénieure d’étude, PACTE) et Stéphanie Abrial (ingénieure de recherche, PACTE)
Résumé : Le lot 4 du projet Biolorec vise à évaluer les préférences initiales, les perceptions et les pratiques des parents d’élèves à l’égard de l’alimentation bio et locale, et à mesurer l’effet de la mise en place de dispositifs pédagogiques accompagnant l’introduction de produits issus de l’agriculture bio et/ou locale sur ces préférences, perceptions et pratiques. Pour cela, nous procédons à une enquête expérimentale avec deux vagues de questionnaires auprès des parents d’élèves de quatre communes ayant engagé une transformation des menus.

Neurobiologie de la prise de décision

Responsables : Julien Bastin (chercheur, GIN) et Pascal Hot (professeur des universités, LPNC)
Chargé de recherche : Rémi Sanchez (M1 neuropsychologie recherche, LPNC, GIN)
Résumé : La prise de décision correspond à l’élaboration d’un choix elle se produit grâce à des processus cognitifs variés. Ainsi, des études ont montré qu’une activation du système nerveux central se produit en situation risquée, nous indiquant une menace potentielle. La sensibilité intéroceptive est la capacité à percevoir ces réactions physiologiques. Dans la population, il existe de grandes variations de cette sensibilité intéroceptive. Nous faisons l’hypothèse que ces variations peuvent être corrélées à des différences de comportement lors d’une prise de décision risquée. L’objectif de cette expérience est d’évaluer la relation entre la sensibilité intéroceptive et la tendance à surestimer les pertes lors d’un choix fait par un individu.

Apprentissage de la lecture au CP et prise en compte de l’hétérogénéité

Responsables : Maryse Bianco (chercheuse, LARAC) et Marie-Line Bosse (maîtresse de conférence, LPNC)
Chargée de recherche : Céline Pobel-Burtin (doctorante, LARAC)
Résumé : Cette enquête s’inscrit dans un travail de recherche sur les conditions de mise en oeuvre d’un modèle de réponse à l’intervention en lecture en CP. Elle vise à recueillir des informations sur les pratiques enseignantes liées au repérage des élèves en difficultés en lecture et à la prise en compte de l’hétérogénéité dans ce domaine.

Innovation collaborative et capacité d’absorption

Responsable : Carine Dominguez-Péry (professeure des universités, CERAG)
Chargée de recherche : Fatemeh Movahedian (doctorante, CERAG, LIG)
Résumé : Les organisations indépendantes impliquées dans une innovation collaborative répartissent les tâches du travail entre elles et se basent sur un ensemble de mécanismes et accords formels ou informels, dans le but est d’atteindre des objectifs communs.  Grâce à la réalisation collaborative, l’innovation apporte une valeur considérable aux organisations. De plus, les projets innovants issus de la collaboration aideraient à acquérir les nouvelles connaissances des partenaires externes et les intégrer dans l’organisation. Afin d’identifier les pratiques importantes en terme d’amélioration de l’absorption des connaissances externes dans les projets innovants collaboratifs, ainsi que d’étudier d’influence de ces pratiques sur la performance, cette enquête en ligne est lancée en collaboration avec l’université Grenoble Alpes (France) et l’université de Liverpool (Angleterre).

PlacEthic

Responsable : Nicolas Pinsault (maître de conférence, TIMC-IMAG équipe ThEMAS)
Chargé.e.s de recherche : SaraEve Graham Longsworth (M2 Ingénierie de la santé, TIMC-IMAG), Léo Druart (M2 Ingénierie de la santé, TIMC-IMAG)
Résumé : Le placebo dispose d’une littérature abondante mais aussi d’un manque de recommandations quant à son usage en pratique courante. En effet le placebo, défini comme l’administration d’une substance pharmacologiquement inactive dans un contexte de stimulations sociales et sensorielles a fait la preuve de son efficacité a de maintes reprises. Et ce, pour le traitement de nombreux symptômes tel que la douleur, l’anxiété, les migraines, ou encore des symptômes relevant de la maladie de Parkinson. Cependant son usage en dehors des champs de recherche est limité par des problématiques éthiques liées le mensonge associé à la prise d’un placebo. Le but de cette étude est ainsi de répondre à la question suivante : La compréhension des mécanismes d’action du placebo permet t-elle de compenser la perte d’efficacité lié à la révélation du recours au placebo ?

InterMob

Responsable : Aïna Chalabaev (maîtresse de conférence, SENS)
Chargées de recherche : Sonia Chardonnel (chargée de recherche, PACTE), Louise-Héléna Aubineau (ingénieure de recherche, SENS) et Claudia Teran Escobar (doctorante, SENS)
La pollution atmosphérique dans les villes est un défi majeur pour la santé publique, tant dans les pays développés que dans les pays en développement. Adoptant une approche interdisciplinaire, l’étude InterMob vise comprendre ce qui influence les gens dans les déplacements quotidiens, pour améliorer la qualité de vie, en diminuant la pollution atmosphérique. L’ambition de cette étude est d’intervenir auprès de plusieurs centaines de personnes. Elle est menée par une équipe de chercheurs de plusieurs disciplines (géographes, économistes, psychologues de l’activité physique, épidémiologistes) en lien avec les collectivités territoriales. Intermob est une étude du projet Idex Mobilair.

POPEUROPA : attitudes populistes et comportements politiques radicaux en Europe

Responsable : Frédéric Gonthier (PACTE)
Chargé.e.s de recherche : Chloé Alexandre (doctorante, PACTE), Simon Varaine (doctorant, PACTE), Tristan Guerra (doctorant, PACTE),
Les études sur la demande populiste (i.e., les attitudes des électeurs et sympathisants) demeurent très fragmentées, les enquêtes sont souvent limitées à un pays, ou à un petit nombre de pays. De plus, certaines enquêtes mettent en avant des déterminants sociologiques, comme le déclassement ; d’autres se concentrent plutôt sur les attitudes politiques connexes, comme l’ethnocentrisme ou l’autoritarisme ; d’autres encore insistent sur le rôle médiateur des traits de personnalité. Mais aucune n’a jusqu’à présent pris en compte la structure des relations entre les facteurs politiques, sociologiques et psychologiques. A l’heure où l’Europe entière fait face à une vague populiste, on ne dispose pas de données mettant systématiquement en perspective les attitudes populistes, leurs déterminants sociologiques et les caractéristiques psychopolitiques des électeurs. Le projet de recherche POPEUROPA vise à combler cette lacune par le biais de la comparaison internationale de pays européens (France, Espagne, Italie, Pays Bas, Allemagne, Danemark) choisis pour la pertinence de leurs configurations sociopolitiques nationales.

BIOAPP : validation d’un capteur de température bluetooth et de son application mobile

Responsable : Hans IJzerman (maître de conférence, LIP PC2S)
Chargée de recherche : Elisa Sarda (post-doctorante, LIP PC2S)
Résumé : L’objectif de cette étude est de valider une nouvel outil de mesure de la température corporelle superficielle. Pour ce faire nous mesurerons la température avec ce capteur et avec un autre capteur déjà validé. Le nouvel outil proposé à l’avantage d’être peu coûteux, peu encombrant et simple d’utilisation. Le dispositif se fixe au doigt et au poignet, les informations recueillies sont transmises par bluetooth vers une application téléphonique dédiée.

Prévenir et réduire l’épuisement parental : comparaison de l’efficacité de plusieurs types d’ateliers pour les parents.

Responsable : Aurélie Gauchet (maîtresse de conférence, LIP PC2S)
Chargée de recherche : Agata Urbanowicz (doctorante, LIP PC2S)
Résumé : Les changements sociétaux des dernières décennies ont conduit les parents à être de plus en plus exposés au risque d’épuisement. L’épuisement parental, ou le burnout parental, se manifeste à travers plusieurs facettes : un sentiment d’épuisement physique et émotionnel lié au rôle de parent, une distanciation affective par rapport aux enfants, une perte de plaisir et d’envie dans le rôle de parent, et une image du soi-parental négative. De même, l’épuisement parental a des conséquences néfastes pour le parent (augmentation des comportements addictifs, troubles du sommeil, problèmes de santé, pensées suicidaires), pour le couple (augmentation de la fréquence et de l’intensité des conflits) et pour l’enfant (risque de comportements négligents et violents envers l’enfant). Ce projet a pour objectif le développement d’interventions efficaces pour prévenir et réduire l’épuisement parental. Ainsi, nous visons à comparer l’efficacité de différentes interventions spécifiquement adaptées au public de parents en burnout ou à risque d’épuisement. Ce projet se déroule en France, en Belgique et au Pays des Galles, en collaboration avec des chercheurs des universités de Louvain-la-Neuve et l’Université de Swansea.

Représentation et attitudes des soignants vis-à-vis de la vaccination

Responsable : Aurélie Gauchet (maîtresse de conférence, LIP PC2S)
Chargée de recherche : Céline Bodelet (doctorante, LIP PC2S)
Résumé : Cette étude s’intègre dans le projet RENOVAC (REcours ou NOn recours à la VACcination) portant sur l’hésitation vaccinale. L’objectif est de tester une intervention qui a pour but d’augmenter le taux de vaccination contre la grippe chez les professionnels de santé travaillant en établissement. Pour cela nous souhaitons augmenter les connaissances de ces professionnels en ce qui concerne le contenu, l’efficacité et les effets secondaires du vaccin contre la grippe. L’intervention visera également a réduire l’écart existant entre intention et comportement.

Influence des émotions sur les mouvements oculaires

Responsable : Jean-Louis Monsestes (maître de conférence, LIP PC2S)
Chargé.e.s de recherche : Nicolas Bochard (post-doctorant, LIP PC2S) ; Célia Gili-Tos, (M1 Psychologie Clinique pratiques thérapeutiques, LIP PC2S)
Résumé : En thérapie comportementale et cognitive, les thérapeutes proposent souvent aux patients de réaliser des exercices à domicile. Cependant, l’observance des exercices proposés est souvent faible (Kazantzis, Whittington, Zelencich, Kyrios, Norton, & Hofmann, 2016). Il est plus difficile pour les patients de les réaliser lorsqu’ils sont seuls, car ils sont alors confrontés aux émotions qu’ils évitent habituellement, sans l’aide du thérapeute. Notre objectif est de mesurer les différences de mouvements oculaires en présence de photos neutres et de photos qui déclenchent la peur, afin d’étudier les processus d’évitement et d’échappement impliqués dans les difficultés de réalisation des exercices.

Apprentissage animal

Responsable : Laurent Bègue-Shankland (professeur des universités, MSH-Alpes, LIP PC2S)
Chargé de recherche : Kevin Vézirian (doctorant, LIP PC2S)
Résumé: Ce projet s’intéresse à étudier les interactions entre une personne et un animal qui réalise une tâche d’apprentissage.

Physiologie et Cognition

Responsable : Laurent Bègue-Shankland (professeur des universités, LIP PC2S)
Chargés de recherche : Johan Lepage (doctorant, LIP/PC2S), Kevin Vézirian (doctorant, LIP/PC2S)
Résumé : L’objectif de cette étude était d’explorer la relation entre des réponses à un questionnaire en ligne et l’activité physiologique des participant-e-s durant une expérience en laboratoire. Plus précisément, nous nous sommes intéressés à la relation entre des réponses à des échelles d’attitudes politiques et la régulation de l’activité cardiaque (i) au repos, (ii) pendant des tâches expérimentales stressantes (bonnes réponses difficiles voire impossibles), et (iii) pendant la récupération après un stress. Des travaux en psychologie politique suggèrent que le sentiment de menace favorise l’autoritarisme (e.g., Duckitt & Sibley, 2010). Des travaux en physiologie montrent qu’un moins bon contrôle de l’activité cardiaque est responsable d’une tendance à surévaluer la menace et d’une plus grande vulnérabilité au stress (e.g., Porges, 2007). Notre hypothèse est qu’un moindre contrôle de l’activité cardiaque (au repos, en situation de stress, en récupération) devrait être associé à des scores plus élevés aux échelles d’autoritarisme.